TORONTO

Province : Ontario (Canada). Toronto en est la capitale.
Toronto est la plus grande ville du Canada (la cinquième d’Amérique du Nord) et le centre commercial le plus important du pays. Située sur les rives du lac Ontario, c'est l’une des villes les plus méridionales du Canada. Elle se trouve pratiquement sur la même latitude que le nord de la Californie ou que Nice en France. C'est aussi l'une des villes les plus visitées d'Amérique.
Selon la légende, le nom "Toronto" signifie en dialecte amérindien "lieu de rencontre", un qualificatif toujours d'actualité pour celle qui se veut la ville la plus cosmopolite du globe. Toronto est en effet composée de 242 quartiers, regroupant près d'une centaine de groupes ethniques, avec l'arrivée, au cours des deux derniers siècles, d’immigrants venus du monde entier (49% des résidents sont d'ailleurs nés en dehors du Canada). Son centre compte de nombreux quartiers ethniques très marqués : cinq Chinatown différents, un Little Italy, un Little Portugal, un Greektown, un Little India, un Little Poland, ...
En 1998, les cinq municipalités de York, East York, North York, Etobicoke, et Scarborough qui entouraient Toronto ont été intégrées à la ville de Toronto.
Population : 2,6 millions d'habitants (4,7 avec l'agglomération).

A VOIR DANS LA VILLE

Toronto est constituée d’une partie ancienne, la plus intéressante du point de vue touristique, et d’une partie plus moderne et dédiée au commerce. Le long de la zone littorale autour du port se sont développées d’importantes activités touristiques, avec de nombreux hôtels et appartements de luxe.

SUR LES RIVES DU LAC ONTARIO

CN Tower
Située près du centre de Toronto, non loin du lac Ontario, la Tour Nationale du Canada (plus connue sous le nom de Tour CN ou CN Tower en anglais) est devenue l'emblème de la ville. D'une hauteur de 553,33 mètres, elle fut construite en 1976 par la compagnie ferroviaire du Canadien National (CN) qui désirait montrer la force de l'industrie canadienne en construisant le plus haut édifice du monde (la tour fut rachetée en 1995 par la Société Immobilière du Canada). A l'origine, elle avait pour but de supporter une antenne pour la radio et la télévision (les gratte-ciel étant de plus en plus nombreux à la fin des années 1960, la propagation des ondes radio s'en trouva perturbée, et la solution fut d'élever une antenne de diffusion dépassant les 300 mètres). C'est aujourd'hui une des principales attractions touristiques de Toronto. Bien que dépassée en hauteur par les tours de communication SkyTree de Tokyo (634 mètres) et de Guangzhou (600 mètres) et par les buildings Burj Khalifa (828 mètres) et Makkah Clock Royal Tower (601 mètres), elle est toujours en 2014 la cinquième plus haute structure du monde (voir ma page sur les plus haut buildings du monde fiche info).
Pour accéder aux deux observatoires, vous devrez emprunter un des six ascenseurs extérieurs en verre. Le premier arrêt s'effectue au Belvédère (113ème étage), une plateforme comportant plusieurs niveaux entre 342 et 351 mètres d'altitude, atteinte en 58 secondes seulement. De la galerie d’observation, vous aurez, si le temps est dégagé, un superbe panorama sur la ville et le paysage environnant. Vous pouvez également profiter de cette vue au 360 Restaurant, un des restaurants les plus connus de Toronto, et un des plus élevés au monde (réservation conseillée). A l’étage inférieur, vous aurez l’occasion de vous allonger ou de marcher sur le fameux plancher en verre photo offrant une vue en plongée de 342 mètres. Mais pour encore plus de sensations, ne manquez pas l’haut-da cieux, inauguré le 1er août 2011. C'est la plus haute promenade "mains libres" au monde. Elle s'effectue sur la corniche de 1,5 mètre de large qui fait le tour du toit du restaurant, à 356 mètres de hauteur. Après avoir laissé ses effets personnels dans un casier, et avoir enfilé une combinaison par-dessus vos vêtements, un chapeau et des gants (vous devez aussi avoir des chaussures fermées), les visiteurs se promènent en groupe de six à huit, retenus par un harnais à un rail de sécurité aérien. Encadrés par un guide, les participants sont invités à se pencher au-dessus du vide photo. L'expérience dure 90 minutes, dont 30 passées à l’extérieur, et coûte $175 tarif 2014 (le prix comprend une vidéo souvenir, des photos et un certificat, ainsi que l'accès au belvédère, au plancher de verre, à la nacelle, au film et au simulateur, qui vaut $32 à lui tout seul). L’haut-da cieux est ouvert d’avril à novembre, sauf en cas d’orage, de vent violent ou d’autres conditions extrêmes). Pour en savoir plus : www.edgewalkcntower.ca
Encore plus haut, à 447 mètres, se trouve le Sky Pod, appelé aussi la Nacelle, une petite plate-forme qui était jusqu'en 2008 (avant l'inauguration du Centre mondial des finances de Shanghai), le plus haut observatoire du monde ouvert au public. On y accède en prenant au niveau du Belvédère un ascenseur (au cœur de la tour cette fois) qui vous mènera 33 étages plus haut (vous auriez aussi pu, pour accéder au Sky Pod, emprunter les 2579 marches du plus grand escalier métallique dans le monde, mais ce dernier est ouvert au public seulement deux fois par an, lors d’événements caritatifs). Lorsque les conditions sont idéales, la visibilité peut atteindre 160 km en direction des chutes Niagara et de l’état de New York. L'accès à la Nacelle nécessite un supplément de $12 par rapport au billet pour l'entrée générale. Ce supplément peut être acheté au guichet où au niveau du Belvédère. Pour éviter les files d'attente, vous pouvez acheter vos billets en ligne (au moins 24 heures avant la visite), ce qui vous permettra d'avoir une petite réduction. Les billets sont valables 90 jours à partir de la date d’achat. L'accès à la CN Tower est inclus dans le Toronto City Pass (voir en bas de page).
Pour en savoir plus : http://www.cntower.ca.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Rogers Center
Situé au pied de la Tour CN, le Rogers Center (appelé SkyDome jusqu'en février 2005) est le stade principal de la ville de Toronto. Sa construction a duré trois ans, d'avril 1986 à mai 1989. Le Centre Rogers fut le premier stade au monde à avoir un toit rétractable motorisé, qui coûta 100 millions de dollars. Culminant à 94 mètres, il pourrait permettre d'abriter un immeuble de 31 étages. D'un poids de 11.000 tonnes, et d'un diamètre de 213 mètres, il lui faut 20 minutes pour s'ouvrir. Le stade est principalement utilisé pour les événements sportifs tels que le baseball (capacité : 48.292 places), le football canadien (47.107 places), le basket-ball et le catch (pour lequel le stade a battu son record d'affluence lors de la WrestleMania du 17 mars 2002 avec 68.237 spectateurs). Le Centre Rogers organise parfois des concerts ou des expositions. Depuis 1989, ses locataires sont les Blue Jays de Toronto (baseball) et les Argonauts de Toronto (football canadien). Et depuis 2008, les Bills de Buffalo (football américain) y jouent un match par saison. Un hôtel de 348 chambres (le Renaissance Hotel) y est rattaché, avec 70 chambres donnant sur le terrain. Des visites guidées du stade et des coulisses sont organisées. D'une durée d'une heure, il vous en coûtera $16 (tarif 2014).
Pour en savoir plus : http://www.rogerscenter.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Ripley's Aquarium of Canada
L'aquarium Ripley a ouvert ses portes en octobre 2013, juste au sud de la Tour CN. Ses bassins d’eau douce et d’eau salée totalisant près de 5,7 millions de litres abritent 13.500 spécimens exotiques, et plus de 450 espèces différentes de partout dans le monde. L'aquarium a également pour vocation de sensibiliser les visiteurs à l'importance environnementale des milieux marins et des cours d'eau. Lors de votre visite, ne manquez pas le Dangerous Lagoon, le plus grand bassin de l’aquarium. Depuis un tunnel sous-marin (le plus long d'Amérique du Nord) doté d’un tapis roulant, vous pourrez y observer entre autres des requins-tigres, des requins gris, des pastenagues à queue épineuse, des poissons-scies et des tortues de mer. Conseillés par le personnel de l'aquarium, vous pourrez toucher certaines espèces dans les trois bassins de manipulation (celui des limules, des requins et celui des raies).
Pour en savoir plus : http://www.ripleyaquariums.com/canada/.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Harbourfront Center
Mis en chantier en 1976, cet espace de 4 hectares est le pôle d’attraction de la vie culturelle, récréative et commerciale de Toronto. De nombreuses activités (concerts, spectacles, festivals, expositions, ...) se déroulent toute l’année sur les quais et dans les entrepôts rénovés. Marinas, cafés-terrasses, boutiques d’artisanat et d’antiquaires, élégantes copropriétés et espaces publics se côtoient en bordure du lac Ontario. L'été, il est possible d'y faire du canoë ou du pédalo. En hiver, la patinoire est très fréquentée et des cours de patin sont offerts aux débutants. Au York Quay Centre, vous pourrez découvrir les expositions temporaires de la galerie d'art. A Canada Square, une place publique moderne au cœur du Harbourfront Centre, vous pourrez admirer une variété d'œuvres artistiques publiques. La terrasse surplombant le lac est un excellent endroit pour faire une pause et profiter de la vue sur le lac Ontario et les îles de Toronto. Les amateurs d'art pourront se rendre à la Power Plant, une ancienne centrale électrique des années 1920 qui héberge des œuvres d'artistes locaux et internationaux. Moyennant un supplément, vous pouvez participer à une visite guidée de cette galerie et en apprendre plus sur les expositions en cours. Dans ce même bâtiment, vous trouverez le théâtre Enwave, l'une des trois salles de spectacles du complexe, qui accueille concerts, spectacles de danse et pièces de théâtre. Vous trouverez le calendrier des événements sur le site Web officiel ci-dessous.
Pour en savoir plus : http://www.harbourfrontcentre.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Les îles de Toronto
Les îles de Toronto se trouvent face au Harbourfront Center, à une dizaine de minutes de la côte en ferry (départ des docks situés au bout de Bay Street). Elles offrent de splendides vues sur le centre-ville de Toronto. Elles se sont formées à partir d’une péninsule, lorsque les eaux tumultueuses de la rivière Don ont séparé la pointe du continent lors d'une violente tempête en 1858. Plus d'une douzaine d'îlots et d’îles de taille moyenne, ornées de magnifiques arbres centenaires, de belles pelouses, d'aires de pique-nique, de marinas et de petites plages, composent cet archipel qui s'étend sur près de 6 kilomètres. Certaines de ces îles sont reliées entre elles par des petits ponts et sont parcourues par des kilomètres de sentiers pédestres et de pistes cyclables fort agréables d'autant plus qu'il n'y a pas de circulation automobile (on peut y louer vélos et pédalos). A Centre Island se trouve le parc d’attractions de Centreville (ne manquez pas Franklin’s Children’s Garden, un jardin interactif inspiré de la tortue Franklin et Far Enough Farm, une petite ferme avec de nombreux animaux de basse-cour), une plage, des cafés et des restaurants. Habitées par une communauté résidentielle en plein essor (vivant pour la plupart dans des maisons d’été datant des années 1920), les îles voisines d’Algonquin et de Ward sont plus pittoresques et font oublier que l'on se trouve à quelques kilomètres de l'un des plus gros ports du Canada.
Pour en savoir plus : http://www.torontoislands.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Ontario Place
Occupant trois îles artificielles le long de la rive nord du lac Ontario (juste à l'ouest des îles de Toronto et à 10 minutes de route du centre-ville de Toronto), ce complexe culturel, de loisirs et de divertissement a été inauguré en 1971. Il est ouvert de fin mai à fin septembre. En février 2012, le gouvernement de l’Ontario a annoncé un gros chantier de transformation pour en faire un lieu de divertissement accessible toute l'année. Ces travaux, qui devraient être terminés en 2017, entraînent la fermeture temporaire de certaines parties du complexe, notamment la Cinésphère (une structure en forme de balle de golf qui abrite la toute première une salle IMAX du monde, avec écran parabolique d’une hauteur de six étages), le parc aquatique, les manèges, les attractions et les restaurants. La marina, qui peut accueillir 240 bateaux, reste ouverte, tout comme Echo Beach, où le Molson Canadian Amphitheater accueille régulièrement des vedettes de renommée internationale (voir le site http://www.livenation.com pour la programmation). Cet amphithéâtre, ouvert en 1995, peut accueillir 16.000 personnes, la plupart en extérieur. Le toit couvre en effet 5500 sièges, les 3500 autres étant sujets aux intempéries. 7000 personnes supplémentaires peuvent prendre place dans l'herbe derrière les sièges. N’oubliez pas d’apporter votre appareil photo, car cet espace vous offre une excellente vue sur les gratte-ciel du centre-ville de Toronto. Comme les places de parking sont limitées à Ontario Place, il est préférable (en cas d'évènement d'envergure) de se garer sur les parkings situés sur la terre ferme, ou d'utiliser métro ou bus (voir en bas de page : "Comment visiter la ville") qui ont des arrêts près de Exhibition Place (comptez ensuite 10 minutes pour vous rendre à pied jusqu’à la Place de l’Ontario).
Pour en savoir plus : http://www.ontarioplace.com/fr (en français).
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
High Park
En continuant sur Lake Shore Blvd en direction de l'ouest, on arrive à High Park, le plus grand espace vert (161 hectares) à se trouvant dans les limites de la ville de Toronto. C'est en 1873 que l'architecte d'origine anglaise John George Howard céda cet espace à la ville de Toronto, afin qu'on le convertisse en parc public. Nommé High Park en 1876, il abrite une forêt de chênes noirs (un écosystème menacé qui recouvrait autrefois le sud de l'Ontario), des espèces animales et végétales locales, de beaux jardins et un vaste étang où l'on peut observer les cormorans et les bernaches du Canada. Le parc compte de nombreuses installations sportives : terrains de tennis, de baseball et de foot, une piscine extérieure ouverte en été, et en hiver, une patinoire en plein air. Avec son magnifique réseau de sentiers, ses 18 aires de pique-nique (repérables à leurs poteaux de bois arborant un numéro), ses aires de jeux pour les enfants, son zoo (avec des bisons, cerfs, yacks, ...), il attire de nombreuses familles. High Park accueille aussi de nombreux événements culturels. En été, le festival Dream in High Park présente des pièces de théâtre de Shakespeare à l'amphithéâtre en plein air. Les premiers et troisièmes dimanches de chaque mois, une visite guidée de cet espace vert est proposée. Le parc est ouvert en continu (le zoo est fermé la nuit) mais le stationnement y est interdit de minuit à l'aube.
Pour en savoir plus : http://www.highparktoronto.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
The Beaches
Situé à l'est de Toronto, The Beaches (appelé aussi "The Beach" par les Torontois) est le quartier des plages qui s’étendent le long du lac Ontario. Il s'étend de Woodbine Avenue à l'ouest jusqu'à l'usine de filtration d'eau (la R.C. Harris Filtration Point) à l'est, et de la rive du lac Ontario au sud, à Queen Street East au nord. Cette avenue comporte de nombreux magasins d’antiquités, des boutiques originales et des restaurants. La promenade en bois (broadwalk) et la piste cyclable qui longent les plages sont prisées des joggeurs, des cyclistes et de gens venus simplement se balader ou pique-niquer sous les arbres. Par contre, même si la qualité de l'eau du lac s'est améliorée ces dernières années, on ne peut pas toujours s'y baigner.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Historic Fort York
Désigné lieu historique national du Canada en 1923, Fort York se trouve à une dizaine de minutes de route du centre-ville de Toronto, près du lac Ontario. Ce site historique est connu pour avoir accueilli en 1812 la célèbre bataille de York, le premier conflit de la région opposant Américains et Anglais, et au cours duquel le fort fut brûlé avant d'être reconstruit par les Britanniques. Il est considéré comme le berceau de la ville de Toronto (capitale de l'ancienne province du Haut-Canada, York est plus tard devenue Toronto). Dans cet espace vert dégagé, situé au cœur d'un quartier composé de tours d’habitation, se trouvent sept édifices d'origine très bien préservés (parmi lesquels les casernes) bâtis entre 1813 et 1815 et entourés d'un terrassement fortifié restauré. On peut également voir les douves, une portion du champ de bataille historique, un cimetière militaire (le Victoria Memorial Square), utilisé jusqu'en 1863, date à laquelle il a atteint sa pleine capacité de 500 sépultures) et de nombreuses ressources archéologiques. Fondé en 1793, ce site a servi de poste de défense britannique jusqu'aux années 1870, puis de garnison militaire canadienne jusqu'aux années 1930. De 1932 à 1934, la Ville de Toronto restaura le fort pour en faire un musée public. Tous les bâtiments hébergent une multitude d'expositions présentant de grands événements qui ont marqué l'histoire de Toronto et du Canada. Le musée propose des tours guidés en été, ainsi que diverses démonstrations (mousquet, tir d'artillerie, tambour, ...). Le site accueille également plusieurs événements et festivals, comme celui sur la guerre de 1812, où des centaines de bénévoles costumés et équipés d'armes de l'époque se rendent au champ de la bataille de York pour participer à une reconstitution de cet événement historique (voir les sites ci-dessous pour plus de détails).
Pour en savoir plus : http://www.fortyork.ca et http://www.toronto.ca/culture/fort_york.htm.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

DANS LE CENTRE-VILLE ET AUX ALENTOURS

Eaton Center
Situé au cœur de la ville et s'étendant sur deux pâtés de maisons, le Centre Eaton de Toronto est la destination "shopping" par excellence. Il a ouvert en 1979 et porte le nom du magnat canadien du commerce de détail Timothy Eaton, dont le catalogue de vente et les grands magasins étaient connus de tous mais ont fait faillite en 1999 (le Eaton Center de Toronto est l'un des derniers centres Eaton resté ouvert au Canada suite au rachat par Sears). Sur plusieurs étages s'étalent plus de 230 boutiques et restaurants. C’est l'un des plus grands malls du Canada et le plus grand centre commercial de Toronto. N'oubliez pas de jeter un coup d'œil au magnifique atrium en verre, orné de 60 oies sculptées. Chaque semaine, plus d’un million de personnes se rendent au Eaton Center, ce qui en fait la première destination touristique de la ville. Vous y trouverez tout pour la maison, des vêtements (Abercrombie, Lacoste, Esprit, Gap, ...), des cadeaux, des livres, de l’électronique, la maroquinerie, des bijoux ou encore des produits de beauté.
Pour en savoir plus : http://www.torontoeatoncentre.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Yonge Street
Au cœur du centre-ville de Toronto, le quartier de Downtown Yonge compte une multitude de théâtres proposant opéras ou comédies musicales, 150 restaurants et plus de 600 magasins (dont le centre Eaton, où vous pourrez vous garer). En face du centre commercial se trouve le square Yonge-Dundas. Cette place publique accueille une foule d'événements gratuits, tels que des projections de films, des concerts, des expositions nocturnes, des marchés artisanaux, et en avril le Buskerfest, un festival dédié à l'art de rue. Entre les mois de mai et août, des visites guidées gratuites du quartier et de ses bâtiments historiques sont organisées. Downtown Yonge est traversée par l'une des plus longues rues d'Amérique du Nord : Yonge Street. C'est la voie principale de Toronto. Elle traverse la ville dans le sens nord-sud, la séparant en deux : les grandes rues qui lui sont perpendiculaires sont suffixées par West ou East (ex : Queen St East) selon qu'on se situe à l'ouest ou à l'est de la rue Yonge. Younge Street est surtout connue pour avoir été référencée dans le Livre Guinness des Records jusqu'en 1999 (et même encore maintenant sur Internet !) comme étant la rue la plus longue au monde avec 1896 km. Il s'agit d'une erreur (la Highway 11 fut comptabilisée avec, mais Young Street s'étend quand même sur 56 kilomètres, du lac Ontario au lac Simcoe plus au nord.
Pour en savoir plus : http://www.downtownyonge.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Hockey Hall-of-Fame
Ce "temple de la renommée" dédié au hockey célèbre le sport préféré des Canadiens. Etabli en 1945 à Kingston, le musée a déménagé sa collection à Toronto en 1958, puis dans l’ancien bâtiment de la Banque de Montréal en 1993 (un bel établissement datant de 1885). Il renferme une des collections les plus complètes au monde d'objets (trophées de la Ligue Nationale de Hockey, statues, équipements de joueurs légendaires, ...) et de souvenirs de hockey, dont la toute première version de la Coupe Stanley datant de 1886 (exposée dans le hall d’entrée). Des kiosques multimédia permettent de tester vos connaissances sur le hockey et sur les joueurs. Avec une vraie crosse et un palet, vous pouvez tenter de marquer un but contre un gardien virtuel, ou essayer de bloquer les tirs de joueurs animés (vos statistiques apparaîtront sur un tableau d’affichage). Outre le 25 décembre et le 1er janvier, le musée est fermé une fois par an pendant la journée des intronisations, au cours de laquelle le musée accueille de nouveaux joueurs.
Pour en savoir plus : http://www.hhof.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Distillery Historic District
Le district historique de la Distillerie de Toronto compte plus de 40 édifices industriels (majoritairement en brique) construits entre 1859 et 1927. Très bien préservées, ils sont d'ailleurs classés au patrimoine historique du Canada. Ce quartier piétonnier situé à la limite est du centre-ville de Toronto est aujourd'hui occupé par des boutiques en tout genre (vêtements écologiques et ethniques, sacs à main en tissus recyclés, bijoux artisanaux, articles pour la maison, ...), restaurants, sans oublier, pour les amateurs de bière, le Beer Store, où vous trouverez plus de 350 marques de bière. Avec ses rues pavées, ce quartier vieux de 150 ans, donne l'impression de voyager dans le passé. Il a d'ailleurs accueilli plusieurs tournages de films tels que "Chicago" et les "X-Men". Ces bâtiments industriels étaient, jusqu'au milieu du 20ème siècle, propriété de la Gooderham and Worts Distillery, qui fut autrefois la plus grande distillerie de l’Empire britannique et, pour un temps, du monde entier. La firme est fondée en 1832 par deux immigrants anglais, James Worts (meunier) et son beau-frère William Gooderham (homme d'affaires), qui commencent par construire un moulin à vent en brique en bordure du lac (détruit quelques années plus tard pour faire place à de nouveaux bâtiments, la vapeur ayant remplacée l'énergie éolienne, plus aléatoire). Suite à la mort prématurée de Worts en 1834, Gooderham poursuit le projet seul et, en 1837, il ajoute une distillerie. Son neveu rejoint l'entreprise en 1845, et son fils en 1956. L'entreprise prospère et au début de l'année 1861 s'ouvre une distillerie en pierre de cinq étages (la Stone Distillery, qui est le plus ancien et le plus large édifice historique du district), permettant d'augmenter la capacité de production de 0,3 à 7,5 millions de litres par an. Bateaux et trains desservent la compagnie qui s'étend de plus en plus sur le littoral. Des quais, et de nouveaux édifices en brique rouge sont construits pour le développement, la production, l'emballage, l'entreposage et l'expédition des spiritueux, et ce, jusqu'au milieu des années 1890. Au cours de la première guerre mondiale, la distillerie doit participer à l'effort de guerre et la production d’alcool de consommation s’interrompt pour faire place à la production d’alcool pour les munitions. En 1919 démarre la prohibition fiche info qui interdit la fabrication et la vente de boissons alcoolisées aux Etats-Unis. Vendue à Harry C. Hatch, l'entreprise familiale fusionne avec Hiram Walker en 1927 alors que la prohibition de l'alcool prend fin en Ontario. La même année, Hatch ajoute les deux principaux édifices à la distillerie, qui profite énormément de la prohibition américaine qui, elle, se poursuit jusqu'à la fin de 1933. Depuis de nombreuses années, l'entreprise, qui se trouvait en bordure de lac, se retrouve de plus en plus enclavée (entre 1830 et 1950, le littoral adjacent à la Gooderham & Worts est déplacé d'environ 500 mètres au sud). La distillation du whisky prend fin en 1957, faisant du rhum et de l'alcool industriel les principaux produits, avant de fermer définitivement au milieu des années 1990. Il faudra attendre 2001 pour que l'ensemble soit racheté en vue de créer le district historique que l'on connaît maintenant. Entièrement réhabilité en 2003, il accueille de nombreux évènements tout au long de l'année : expositions gratuites, concerts, festivals gastronomiques ou encore marché de Noël.
Pour en savoir plus : http://www.thedistillerydistrict.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
St. Lawrence Market
Situé dans la vieille ville de Toronto, le St. Lawrence Market est à quelques minutes à pied du Distillery District et du Hockey Hall of Fame. Ce site est celui du marché original de Toronto. Il a été créé en 1803, et accueille tous les jours 120 vendeurs de toutes les nationalités qui proposent des spécialités du monde entier (une aubaine pour les Français immigrés à Toronto qui peuvent trouver ici crème fraîche ou moutarde de Dijon). Le St. Lawrence a été désigné meilleur marché d'alimentation dans le monde en 2012. Occupant trois bâtiments, ce marché regorge de biens et de marchandises de choix : fruits, légumes, pâtisseries, fruits de mer, conserves maison, antiquités, expositions artistiques, ... Bien achalandé tout au long de la semaine, il s’anime vraiment le samedi lorsque (sur le côté nord du marché) les agriculteurs, les artistes et les artisans locaux étalent leurs marchandises. Vous pourrez en profiter pour goûter une spécialité canadienne, le peameal bacon sur brioche (un sandwich au bacon enrobé de farine de maïs), ou en septembre à des plats et des bières bavaroises, lors de l'Oktoberfest de Toronto. Il est même suivre des cours de cuisine (ateliers de maniement du couteau, cours de cuisine sur des sujets précis, comme les gâteaux ou les soupes).
Pour en savoir plus : http://www.stlawrencemarket.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
La ville souterraine (PATH)
Avec 27 kilomètres de passages souterrains le PATH est, selon le Livre Guinness des records, la plus grande ville souterraine du monde avec une surface totale de 371.600 m². Ce labyrinthe (voir le plan dans la rubrique "Renseignements pratiques" en bas de page) permet l’interconnexion de plus de 50 immeubles du centre-ville : des tours de bureaux, des hôtels, des bâtiments culturels, des centres sportifs et des attractions touristiques comme le centre Rogers, le centre Eaton, le Hockey Hall-of-Fame ou la CN Tower. Vingt parkings (payants) ainsi que plusieurs stations de métro, hôtels et gares sont également accessibles via le réseau souterrain. En surface, plus de 125 entrées permettent d'accéder au réseau souterrain du PATH, qui abrite près de 1200 commerces et services (boutiques de mode, salons de beauté, magasins d'électronique, de sport, restaurants, cafés, fast-food, ...) et permet de se déplacer en évitant le froid glacial de l'hiver canadien. Pour éviter de vous perdre, vous pouvez téléchargez la carte du centre commercial via le site Web officiel ci-dessous. Et dans les couloirs, des pancartes placées au niveau de la soixantaine d'intersections vous guideront. Les origines du PATH de Toronto remontent au début du 20ème siècle, lorsque Eaton's, la plus grande chaîne de grands magasins canadienne de l'époque, décida de construire un tunnel souterrain sous la rue James Street, permettant ainsi à ses clients de passer du magasin principal, situé au coin de Yonge Street et Queen Street, à l'annexe du Eaton situé derrière l'ancien Hôtel de ville, sans sortir dans la rue.
Pour en savoir plus : http://www.toronto.ca/path/index.htm.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Toronto Dominion Centre
Situées dans le quartier de la finance, les deux tours de verre foncé très sobres du Toronto Dominion Center ont été les premiers bâtiments importants du secteur. C'est une des plus grandes communautés d'affaires en Amérique du Nord. Chaque jour, 21.000 travailleurs s’y rendent. Toronto est l'une des plus importantes places financières dans le monde. Bay Street est le foyer de la Bourse de Toronto, la septième plus grande au monde sur le plan de la capitalisation boursière, et abrite les cinq plus grandes banques canadiennes. La majorité des entreprises canadiennes ont leur siège social dans la ville. Les secteurs économiques les plus importants sont la finance, les télécommunications, l'aérospatial, les transports, les médias, les arts, le cinéma et la production de séries télévisées (c'est le troisième centre de l'industrie cinématographique et télévisuelle au monde), la publication, l'informatique, la recherche médicale, le tourisme, le sport et l'éducation. La ville abrite de nombreux établissements d'enseignement supérieur réputés, dont l'université de Toronto, qui figure dans le classement des meilleures universités dans le monde.
Pour en savoir plus : http://www.tdcentre.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

City Hall
Reconnu comme un chef-d’œuvre architectural, l'hôtel de ville était le symbole de Toronto avant l’arrivée de la Tour CN. Ses deux tours de béton (de 20 et 27 étages) forment des sortes de parenthèses autour de la rotonde centrale qui abrite la salle du Conseil, et vus de dessus, les bâtiments ressemblent à un œil entouré de ses paupières. Le City Hall est né d’un des plus grands concours d’architecture ayant été organisés par une ville. Un jury international a jugé plus de 510 dossiers provenant de 42 pays, et c'est en 1958 que le projet du finlandais Viljo Revell, un architecte de Helsinki, fut retenu pour remplacer l'ancien hôtel de ville de Toronto (construit en 1899 et depuis 1984, classé au patrimoine historique national du Canada). La construction commença en 1961, mais Revell mourut d'une crise cardiaque 10 mois avant l’achèvement du bâtiment, en septembre 1965. La salle du Conseil mesure 46 mètres de largeur et 12 mètres à son point le plus élevé. D'un poids de 4000 tonnes, elle est soutenue uniquement par une colonne de ciment qui mesure six mètres de diamètre avec des murs d’un mètre d’épaisseur et dont les fondations descendent à 16 mètres dans le sol (son intérieur, creux, permet de passer et les câbles électriques et l’équipement de chauffage/climatisation). Chaque mois, le maire et 44 membres du Conseil de la ville s'y rencontrent afin de prendre des décisions au sujet de la municipalité de Toronto. La réunion dure généralement deux jours. Le public est invité à assister à ces réunions depuis la galerie publique (il faut pour cela emprunter les petits ascenseurs vitrés se trouvant près de l’escalier circulaire et appuyer sur "C"). Notez qu'il faut observer le silence dans la salle du Conseil. A l'intérieur de l'hôtel de ville, on peut voir entre autres une "murale de clous" formée de 100.000 clous. Nommée Metropolis, c'est cette proposition qui remporta en 1974 le concours d’art destiné à choisir une œuvre d’art permanente. Le "couloir du souvenir" comprend des objets (drapeaux, livre d'or, ...) ayant trait à la deuxième guerre mondiale au cours de laquelle 3500 Torontois sont morts. A l'extérieur, la place Nathan Phillips qui forme le parvis de l'hôtel de ville a été nommée en l’honneur de celui qui fut maire de Toronto de 1955 à 1962. Cette place est un endroit populaire à cause de son marché hebdomadaire, ses concerts, festivals, expositions et spectacles gratuits, ainsi que pour ses rassemblements de citoyens. Elle abrite un des plus grands parkings souterrains au monde (2400 places). Pour orner cette place, Revell voulait acheter une sculpture de son ami, le sculpteur anglais Henry Moore. Le projet étant controversé, un fonds de souscriptions privées fut créé pour réunir les $100.000 nécessaires pour acheter l’œuvre de Moore. Installée en 1966, elle est dénommée "l'Archer". Des arbres et buissons se trouvant dans la partie centrale de la place délimitent les 600m² du "Jardin de la Paix", ouvert en 1984 durant les célébrations du 150ème anniversaire de la ville. Il a été créé comme un mémorial des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki, visant à montrer l'engagement des Torontois au principe de la paix dans le monde. On y trouve un cadran solaire, un pavillon de pierre avec des ouvertures sur chaque face, et dont le toit à l'apparence endommagée sert à imager un conflit et la fragilité de la civilisation, ainsi qu'une flamme éternelle, allumée par le pape Jean-Paul II avec une braise de la flamme du Mémorial de la paix d'Hiroshima. Le "miroir d'eau" est l’une des caractéristiques qui ont contribué à la célébrité de la place en tant que lieu de rassemblement. Ce bassin, peu profond, est converti en patinoire en hiver (à l'aide d’un système de refroidissement se trouvant dans le plancher en ciment). Il est possible d'y louer des patins. Au-dessus du bassin d'eau ont été installées trois arches en béton qui n'étaient à l'origine qu'un élément architectural et un soutien pour l'éclairage de la patinoire. Elles ont été renommées en 1989 en "Arcs de la Liberté". La même année, un morceau du Mur de Berlin a été placé à la base sud de l'arc central, orné d'une plaque pour commémorer ceux qui ont combattu pour obtenir ou défendre la liberté.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Casa Loma
Situé sur une colline surplombant le centre-ville (d'où son nom de Casa Loma, "maison sur la colline" en espagnol), et offrant l’une des vues les plus spectaculaires sur Toronto, cet impressionnant château de style médiéval comporte 98 pièces réparties sur trois étages (pour une superficie de 6000 m²), des donjons, des tourelles, des écuries, des passages secrets (comme par exemple une cheminée dissimulant une pièce cachée), un jardin d’hiver (une salle dotée de tuyaux de vapeur pour garder les plantes au chaud pendant la saison froide), une galerie souterraine menant aux écuries et au pavillon de chasse, sans oublier de jolis jardins, accessibles uniquement de mai à octobre. Ce château était la propriété Sir Henry Mill Pellatt, un homme d'affaires devenu millionnaire en développant un réseau hydro-électrique à Toronto. Celui-ci s’inspira des châteaux d’Europe pour concevoir la maison de ses rêves. La construction dura 3 ans (de 1911 à 1914), coûta la somme astronomique pour l'époque de 3,5 millions de dollars, et nécessita près de trois cents hommes. La Grande Dépression contraint les Pellatt à revendre au rabais leur château et son mobilier en 1923. En 1933, la maison fut prise en paiement de taxes impayées par la ville de Toronto qui en est aujourd'hui propriétaire et en a fait l'une des attractions les plus visitées de Toronto. La Casa Loma accueille aussi de nombreux événements réguliers : chasses aux fantômes, dîners, bals, concerts. Elle est également utilisée pour le tournage de films. La visite se fait avec des audioguides, disponibles en huit langues. Notez qu'en plus du billet d'entrée, le parking est aussi payant.
Pour en savoir plus : http://www.casaloma.org.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Chinatown
C'est aujourd'hui l'un des plus grands quartiers chinois d'Amérique du Nord. Ses origines remontent à la fin du 19ème siècle et il a attiré au fil des décennies non seulement les ouvriers d’origine chinoise, mais aussi de nombreuses communautés d’immigrants venus d’Europe de l’Est, des Caraïbes et du Viêt Nam. Vous ne trouverez pas un mais six quartiers chinois (Chinatown) à Toronto. Le plus ancien Chinatown n’existe plus, il est actuellement occupé par le City Hall de Toronto (voir ci-dessus). Suite à la destruction de cet ancien quartier, la majorité des restaurants et commerces chinois se sont installés autour du carrefour de Dundas Street et Spadina Avenue, à l'ouest du centre-ville de Toronto. Vous y trouverez des restaurants (cuisine sichuanaise, cantonaise ou vietnamienne) parfois ouverts 24h/24, des bars à karaoké, des boutiques orientales vendant aliments exotiques (thés, fruits, légumes, sushis, plantes médicinales, ...), bijoux artisanaux, souvenirs, vêtements, et vous pourrez faire du shopping à des prix défiant toute concurrence. Pour parfaire l'ambiance, les rues du quartier sont ornées de lanternes lumineuses et de la musique chinoise est diffusée dans les magasins et restaurants. Le quartier accueille un grand nombre d’événements culturels. En hiver, à l’occasion du Nouvel An chinois, des spectacles musicaux et des défilés de dragons sont donnés dans la rue. Au mois d’août, le Toronto Chinatown Festival présente des spectacles de musique et de danse (voir le site Web ci-dessous pour le calendrier des évènements). Mais l'inflation des prix de l'immobilier du centre-ville de Toronto a déjà poussé de nombreux chinois à quitter ce quartier pour s’installer dans l’est de la ville, dans le quartier de Riverdale (autour des rues Broadview Avenue et Gerrard Street) connu comme étant East Chinatown. Il y a également 4 autres Chinatown dans le Grand Toronto. Vous pouvez vous rendre du Chinatown de Dundas et Spadina à l’East Chinatown en prenant la ligne 505 du tramway, ou en profiter pour vous rendre dans les quartiers voisins de Kensington Market ou de Little Italy (voir plus bas).
Pour en savoir plus : http://www.toronto-chinatown.info.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Little Italy
Little Italy, également connu sous les noms de College Street West ou Latintown, est un sympathique quartier aux allures très européennes, marqué dès les années 1920 par une forte concentration d'immigrants italiens qui commencèrent à acheter certaines des maisons les plus vieilles à des prix abordables. Plusieurs de ces nouveaux arrivants travaillaient sur les chemins de fer ou dans des usines, alors que d'autres mettaient en place des commerces visant à offrir des services et des produits à la communauté italienne. Sa population s'est diversifiée après la Seconde Guerre Mondiale, et comprend aujourd'hui une part significative de portugais et de latino-américains. Aujourd'hui, la population italienne quitte progressivement ce quartier et nombreux sont ceux qui se sont installés dans d’autres coins de la ville. Avec l’arrivée d’une population plus jeune, qui n’a pas forcément de racines italiennes, c’est désormais des restaurants de sushis et de burritos qui ouvrent régulièrement leur porte. Mais le quartier possède toujours de nombreux commerces, cafés et restaurants italiens. Fiers de leur culture et de leur patrimoine, les anciens habitants organisent plusieurs festivals, comme le Taste of Italy, qui a lieu sur la rue College Street, avec au programme stands de restauration et de produits artisanaux, et présence de musiciens locaux. Chaque vendredi saint, le quartier est fermé à la circulation afin de permettre un gigantesque défilé religieux. Et pendant les grands matchs de foot, le quartier vibre au rythme des matchs. Toutes les terrasses du quartier sont alors prises d’assaut et nombreux sont les restaurants qui obtiennent des permis temporaires pour installer des chaises et tables en pleine rue. Devant le cinéma Royal, vous trouverez en clin d'œil à celle d'Hollywood, la Italian Walk of Fame ("promenade des célébrités italiennes") et ses étoiles rendant hommage aux personnalités d'origine italienne, comme celle du chanteur-acteur Dean Martin.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Kensington Market
Situé dans le centre de Toronto et déclaré site historique national du Canada en novembre 2006, Kensington Market est un quartier historiquement multiculturel. Très animé, c'est l'un des quartiers les plus anciens et les plus connus de la ville. Ses rues étroites abritent des commerces asiatiques, caribéens, européens ou encore latino-américains. Vous y trouverez également d'impressionnantes œuvres d'art de rue et des enseignes commerciales amusantes. Les amateurs d'articles vintage apprécieront les boutiques de mode et de décoration qui occupent les maisons victoriennes multicolores de l'avenue Kensington, de même que les nombreuses boutiques éclectiques situées le long d'Augusta Avenue et de Nassau Street. Kensington Market commença à se développer au cours des années 1880. Des maisons furent construites sur de petits terrains afin d'accueillir des immigrants irlandais et écossais. Plusieurs de ces maisons sont encore debout, en particulier le long de Wales Avenue. Ces bâtisses ont par la suite été habitées par des vagues successives d'immigrants au cours des décennies suivantes. Le début du 20ème siècle vit l'arrivée d'immigrants italiens et surtout de nombreux juifs originaires d'Europe de l'est. Le quartier devint l'un des plus pauvres de Toronto avec une forte densité de population résidant dans des habitations bondées. Près de 60.000 juifs vivaient dans ou aux alentours de Kensington Market entre les années 1920 et 1930. Ils y érigèrent une trentaine de synagogues. Après la seconde guerre mondiale, la majorité de la population juive se déplaça vers le nord dans des quartiers plus prospères. Au cours des années 1950, un grand nombre d'immigrants originaires des Açores fuyant la dictature s'installèrent dans le quartier. L'arrivée de vagues successives d'immigrants en provenance des Caraïbes et de l'est asiatique changea peu à peu le visage du quartier le rendant de plus en plus cosmopolite. Au cours des années 1980 et 1990, le quartier accueillit des immigrants de Somalie, d'Ethiopie, du Soudan, d'Iran ou encore du Viêt Nam.
Pour en savoir plus : http://www.kensington-market.ca.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Greektown (Danforth Avenue)
Greektown est l'un des plus grands quartiers grecs d'Amérique du Nord. Il est traversé d'ouest en est par l'avenue Danforth, une artère historique qui s'étend sur plus de 90 pâtés de maisons totalisant près de 10 kilomètres. A l'extrémité ouest de la rue, où vous trouverez une sélection de plus de 350 magasins, restaurants et services, ainsi que le Danforth Music Hall, un théâtre construit en 1919 qui a accueilli de nombreux artistes légendaires sur sa scène, dont James Brown et The Police. Le quartier Greektown, dont l'histoire remonte aux années 1960, se trouve autour de l'intersection entre les avenues Danforth et Hampton. On y trouve de nombreux restaurants et fast-foods proposant kebabs ou buffets grecs, un magasin de musique grecque ainsi qu'une église hellénique traditionnelle, deux sites qui valent un détour. Si vous êtes à Toronto le deuxième week-end d'août, vous pourrez assister au festival gastronomique annuel Taste of Danforth, fondée par un groupe de restaurateurs en 1993 pour promouvoir le patrimoine culturel grec de Toronto. C'est l'occasion de découvrir spécialités culinaires, musique et danses grecques. La rue Danforth est alors fermée sur 2 kilomètres entre les rues Broadview et Jones. Ce festival, qui dure trois jours, attire chaque année plus d'un million de personnes.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Zoo de Toronto
C'est le plus grand parc zoologique au Canada. Il attire près de 1,3 million de visiteurs chaque année et abrite plus de 5000 animaux représentant plus de 450 espèces de 7 régions géographiques distinctes : Afrique, Amériques, Australie, Canada, Eurasie, Indonésie et Toundra. Chaque aire du parc tente de recréer l'habitat naturel des animaux qui l'habitent. Dans l’African Savanna (la plus grande zone du zoo), les éléphants ont accès à une vaste savane, et les gorilles peuvent se prélasser dans une forêt tropicale (c'est la plus grande réserve couverte de gorilles d’Amérique du Nord). Dans Toundra Trek, vous pourrez observer des animaux de l'Arctique, notamment des ours polaires, des rennes et des loups. Dix kilomètres de sentiers parcourent du parc (si vous avez des enfants, vous pourrez louer une poussette ou un petit chariot sur place). L'été, une navette (la Zoomobile) dessert 4 stations dispersées à travers le parc. Le Zoo de Toronto se trouve à 30 minutes de route au nord-est du centre-ville (arrondissement de Scarborough). Il est ouvert toute l'année, sauf à Noël. Vérifiez les horaires d'ouverture sur le site, de même que les horaires des repas des animaux et le calendrier des événements.
Pour en savoir plus : http://www.torontozoo.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Jardin botanique de Toronto
Situé dans la zone d'Edwards Gardens (à 20 minutes de route du centre-ville de Toronto), le Jardin Botanique de Toronto (ou TBG) se compose de 17 jardins, répartis sur 1,6 hectare, chacun possédant son propre thème. Gratuit, et reposant presque entièrement sur les dons du public, il met l'accent sur les pratiques d'horticulture biologique et héberge de magnifiques haies et plates-bandes décoratives. Pour avoir une vue panoramique sur tout le site, montez au point de vue perché sur la butte en spirale. Les meilleurs moments pour y aller sont le printemps et l'automne : c'est là que les couleurs sont les plus belles, et le temps est clément. De plus, pendant ces deux périodes, vous pourrez participer à une visite guidée de 90 minutes animée par un bénévole, qui vous dira tout ce qu'il y à savoir sur l'aménagement et les plantes de ce jardin qui accueille également un grand nombre d'événements, tels que des concerts en plein air et des programmes d'éducation écologique, permettant aux enfants d'en apprendre plus sur les plantes, les fossiles et les animaux. De mai à octobre, le parc abrite également un marché agricole biologique, où vous pourrez vous procurer du pain, fromage et autres aliments de production locale.
Pour en savoir plus : http://www.torontobotanicalgarden.ca.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Canada’s Wonderland
Inauguré en 1981, Canada’s Wonderland est un parc d’attractions pour tous les âges installé dans la commune de Vaughan, à 40 minutes de route au nord du centre-ville de Toronto. Le parc, qui compte plus de 200 attractions réparties sur huit zones (Action Zone, International Festival, International Street, KidZville, Medieval Fair, Planet Snoopy, Splash Works et White Water Canyon) accueille plus de 3 millions de visiteurs chaque année. Les amateurs de sensations fortes se régaleront des 16 montagnes russes, dont "Leviathan", la plus haute (93 mètres) et la plus rapide (148 km/h) du pays. Vous trouverez aussi un large éventail de manèges beaucoup plus calmes, notamment dans la zone Planet Snoopy qui comporte entre autres une piste d'autos tamponneuses, un carrousel d'époque ainsi qu'un mini-circuit de course automobile. A Splash Works, vous pourrez laisser tous vos effets personnels dans un casier, puis vous lancer sur les toboggans ou la rivière artificielle. Cette zone dispose aussi d'une grande piscine à vague : White Water Bay. L'espace Dinosaurs Alive !, qui regroupe plus de 40 dinosaures animés, ravira petits et grands. Canada's Wonderland est ouvert tous les jours, de la mi-mai à la fin août, et le week-end seulement, de septembre à octobre. Le parc aquatique Splash Works est ouvert uniquement de juin à août. Le prix d'entrée est cher mais vous pouvez bénéficier de réductions en achetant les billets en ligne. En échange d'un supplément, vous pourrez vous procurer la carte spéciale Fast Lane, qui vous permet d'éviter les files d'attente pour certains manèges.
Pour en savoir plus : http://www.canadaswonderland.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Wild Water Kingdom
Ouvert en 1986, Wild Water Kingdom est un des plus grands parcs aquatiques du Canada. On y trouve entre autres 16 toboggans géants (certaines descentes se font dans l'obscurité), une grande piscine à vagues, une lazy river ("rivière paresseuse") de 400 mètres où l'on s'installe dans des bouées et on se laisse porter par le courant. Mais le parc comporte aussi quelques attractions non aquatiques comme Face Drop, une tyrolienne de 365 mètres le long de laquelle on glisse, tête en avant, à une vitesse de 80 km/h.
Pour en savoir plus : http://www.wildwaterkingdom.com.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Royal Ontario Museum
Avec plus de six millions d'objets ayant pour thèmes l’histoire naturelle et les cultures du monde, le Musée Royal de l'Ontario (ROM) est le plus grand musée du Canada. Il est situé au nord de Queen’s Park, sur le campus de l'université de Toronto (à cinq minutes de route du centre-ville) et accueille chaque année plus d'un million de visiteurs. Il a été créé en 1914 et se compose de trois sections : la galerie d'histoire naturelle, la galerie des cultures du monde et la galerie interactive. Les expositions d'histoire naturelle vous invitent à découvrir d'anciens squelettes de dinosaures, dont celui du plus grand squelette de dinosaure au Canada (un Barosaurus long de 27,5 mètres), mais aussi des momies égyptiennes, des mammifères de l'ère de glace, sans oublier la grotte de chauves-souris qui héberge plus de 800 espèces de ce mammifère volant. La galerie des cultures du monde, la plus grande du musée, s'étend sur trois étages. Y sont exposés des objets d'Afrique, d'Asie, de Chine, d'Italie et d'autres régions possédant un riche passé historique. Dans la galerie interactive, enfants petits et grands pourront enfiler des costumes traditionnels de différents pays, fouiller pour trouver des fossiles, toucher des météorites ou examiner des espèces sous un microscope. Des expositions temporaires sont également accueillies dans le musée.
Pour en savoir plus : http://www.rom.on.ca.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Gardiner Museum
Situé dans Queen's Park, en face du Musée Royal de l'Ontario, c'est le seul musée du Canada entièrement consacré à la céramique. Il a été fondé en 1984, et possède une collection permanente de près de 3000 pièces complétée par des expositions temporaires. Il comporte un atelier où travaillent des potiers professionnels, et organise également des cours de poterie pour enfants et pour adultes.
Pour en savoir plus : http://www.gardinermuseum.on.ca.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Art Gallery of Ontario
Fondé en 1900, le Musée des beaux-arts de l'Ontario (ou AGO pour Art Gallery of Ontario) renferme plus de 80.000 œuvres d'art (réparties sur 5 étages), illustrant l'évolution des mouvements artistiques du monde entier au cours des 20 derniers siècles. Implanté dans un manoir du XIXe siècle situé dans le parc Grange (à quelques minutes à pied du centre-ville), le musée accueille plus d'un demi-million de visiteurs par année, ce qui en fait le musée d'art le plus fréquenté au Canada. Vous pouvez visiter le musée à votre guise ou participer à un circuit guidé gratuit sur un thème donné, pour en apprendre davantage sur les diverses collections. Ainsi, le circuit "Renaissance" vous invite à découvrir les œuvres de grands maîtres européens (Picasso, Van Gogh, ...). La collection canadienne, elle, est axée principalement sur l'art torontois et ontarien. Ne manquez pas également la grande collection de 40.000 photos. Des expositions temporaires d'art ancien et moderne viennent aussi enrichir la collection permanente. Certaines font l'objet d'un supplément. Le Musée des beaux-arts de l'Ontario est ouvert tous les jours, sauf le lundi. L'entrée est gratuite le mercredi soir.
Pour en savoir plus : http://www.ago.net.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Centre des Sciences de l'Ontario
Le Centre des sciences de l'Ontario se dresse dans une vallée longeant la rivière Don, à 20 minutes de route du centre-ville de Toronto (parking payant). Inauguré en 1969, ce musée réparti sur trois bâtiments principaux reliés par des ponts, des ascenseurs et des escalators, comporte 10 grandes salles hébergeant plus de 600 activités et démonstrations interactives : machine à vieillir (pour découvrir de quoi vous aurez l'air dans 50 ans), sciences de la nature, géologie, anatomie humaine, astronomie, ... En payant un supplément, vous pourrez assister à un film OMNIMAX sur écran géant (voir le site ci-dessous pour plus d'informations sur la programmation). Certains samedis du printemps, le "Programme des Nocturnes" comprend des ateliers scientifiques interactifs, une séance d'astronomie, un film et une nuit de camping intérieur (réservez vos billets à l'avance sur Internet afin de vous assurer d'avoir une place).
Pour en savoir plus : http://wwww.centredessciencesontario.ca (disponible en français).
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Bata Shoe Museum
Quatre galeries regroupent une collection de plus de 10.000 chaussures (et d'objets annexes comme les bas de soie de Napoléon Bonaparte) couvrant 4500 ans d’histoire. On peut y voir les chaussures portées par Elvis Presley, John Lennon ou encore Marilyn Monroe. Le bâtiment qui abrite ce musée unique en son genre faut également le coup d'œil.
Pour en savoir plus : http://www.batashoemuseum.ca.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

A VOIR DANS LES ENVIRONS 

Les Chutes du Niagara
A 60 kilomètres à vol d'oiseau (le double par la route) au sud-est de Toronto se trouvent les majestueuses chutes de Niagara, malheureusement situées dans un environnement très urbanisé. S'il existe des chutes bien plus hautes dans le monde (elles ne font "que" 54 mètres de haut), c'est le volume d'eau qui les rend impressionnantes (ce sont les chutes les plus puissantes d’Amérique du Nord). Et pourtant, 50 à 70& de l'eau de la rivière est détourné vers des centrales hydroélectriques et ne passe pas par les chutes.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir, et sur le lien en bleu pour visiter les Chutes du Niagara.

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES 

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES 

Dernière révision : février 2015