BODIE

Etat : Californie fiche info. A 120 km au sud-est du Lac Tahoe.
Bodie est une ville fantôme située au nord de Mono Lake, sur le versant est de la Sierra Nevada fiche info. La ville reçut ce nom en hommage à William Smith Bodey qui y découvrit de l'or en 1859. La différence d'orthographe, souvent attribuée à un peintre de panneaux analphabète, est en réalité la responsabilité des habitants qui voulaient être sûrs d'une prononciation correcte.
Cette ancienne ville minière connut la prospérité dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, quand les gisements d'or des versants ouest de la Sierra Nevada s'épuisèrent. Jusqu'en 1881, des prospecteurs se rendirent par milliers dans ces montagnes inhospitalières, à 2500 mètres d'altitude, faisant alors de Bodie la deuxième ville de Californie après San Francisco.
Au début des années 1880 photo, Bodie abritait environ 10.000 habitants. Les meurtres (le tocsin, dont le nombre de battements annonçait l'âge des morts, sonnait parfois tous les jours), les fusillades, les bagarres, hold-up de diligences et les braquages de banques étaient monnaie courante et donnèrent rapidement à Bodie une réputation sans égal. Une légende dit qu'une petite fille, apprenant que sa famille déménageaient pour Bodie, écrivit dans son journal : "Je te quitte mon Dieu, je vais à Bodie". Cette phrase devint célèbre dans tout l'Ouest.

DECOUVERTE DES LIEUX

Vue générale de Bodie 
Devenue parc d'état historique en 1962, Bodie a été depuis conservée dans un état de "délabrement figé". Depuis que la ville a été abandonnée en 1942, les bâtiments n'ont pas été restaurés, comme dans la plupart des autres villes fantômes des USA. Ils sont juste maintenus dans l'état dans lequel ils étaient à la fin des années 1940. Nulle part ailleurs en Amérique vous ne trouverez une ville fantôme avec les bâtiments d'origine en aussi bon état de conservation, ce qui explique que malgré son relatif éloignement, 200.000 visiteurs visitent Bodie chaque année.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Main Street 
A son apogée, 65 saloons ouvraient leurs portes sur la rue principale longue d'environ deux kilomètres. Une centaine de bâtiments (parfois largement délabrés) sont toujours debout parmi lesquels des granges, une école photo (dans laquelle il reste encore des tables et un tas de livres), une banque, une prison, une caserne de pompiers photo (la ville en comptait quatre), des magasins, une station essence photo, une boutique de barbier ainsi que des dizaines d'autres habitations dans lesquelles il est parfois possible d'entrer. Bodie possédait un quartier chinois et un cimetière photo (qui compte environ 80 tombes). Une aventure collective qui ne résistera pas à l'épuisement rapide de la veine aurifère, et surtout aux deux grands incendies qui ont ravagé la ville.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Bodie Bank 
Depuis 1880, l'âge d'or de Bodie, 95% des bâtiments ont succombé aux ravages du temps, du feu et des intempéries. C'est le cas de la banque, complètement détruite par l'incendie de 1932 (voir ci-dessous "Un peu d'histoire"), dont il ne reste que le coffre-fort et un bout de mur en briques.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Methodist Church 
Certains lieux sont encore malgré tout en excellent état, comme cette église méthodiste (construite en 1882), qui est ouverte au public. La dernière messe y fut donnée en 1932, avant que les derniers habitants ne quittent la ville.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Swazey Hotel 
Situé au coin de Main Street et de Green Street, le Swazey Hotel est sans doute le bâtiment le plus photographié de Bodie. En relatif bon état, on se demande comment il tient encore debout (probablement grâce aux étais qui le maintienne sur un des côtés ...). Avant d'être un hôtel, il a abrité un magasin de vêtements, et même un casino.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Le Minerís Union Hall, l'I.O.O.F. Hall et le Dechambeau Hotel 
Situé face au Swazey Hotel, le Minerís Union Hall (à droite sur la photo) accueillit les fidèles avant que les églises catholiques et méthodistes ne soit construites. C'est à l'intérieur de ce bâtiment qu'eurent lieu les bals des pompiers (servant à recueillir de l'argent pour les uniformes et les équipements) ainsi qu'une série de combats de catch. Il abrite aujourd'hui le Bodie Museum % Visitor Center (ouvert de mai à octobre). On peut y voir une belle collection d'objets anciens (ustensiles de la vie quotidienne, outils de travail, souvenirs de familles, ...) ainsi qu'un film projeté à heure fixe. A gauche de la photo, le bâtiment en briques était le Dechambeau Hotel (faisant également office de bureau de Poste) et le bâtiment en bois accolé était le I.O.O.F Hall (Independent Order of Odd Fellows) qui faisait office de salle de réunion et de salle de sport.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
La mine 
Construite sur une colline et visible de partout, cet imposant complexe (le bâtiment gris sur la photo) est interdit d'accès, sauf si vous optez pour une visite guidée (coût : $5 par personne, durée 30 minutes, en été uniquement). Cette vieille mine a produit plus de 15 millions de dollars pendant ses 25 années de prospérité. Le bâtiment original, construit en bois en 1861, brûla en 1898. Il fut reconstruit avec une structure toujours en bois, mais recouverte de tôle ondulée pour mieux résister aux incendies.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

UN PEU D'HISTOIRE

1859. Cela fait une dizaine d'années que la Californie attire des chercheurs d'or du monde entier en quête de fortune. Alors que les gisements de la partie occidentale de la Sierra Nevada s'épuisent peu à peu, un prospecteur nommé William S. Bodey découvre une pépite d'or sur le versant est, dans un lieu isolé à 2550 mètres d'altitude. Il établit alors immédiatement un camp de mineurs. Il meurt en novembre de la même année, dans une tempête de neige. Une mine est construite en 1861. Elle devient rapidement une des plus rentables du pays (plus de 10.000 tonnes d'or furent extraites).
La ville grossit rapidement, et à l'aube des années 1880, elle compte 2000 bâtiments et une trentaine de mines. La population, de 20 mineurs à l'origine, atteint presque 10.000 personnes parmi lesquels on trouve des mineurs, leurs familles, des commerçants, des entrepreneurs, mais aussi un grand nombre de prostituées et de criminels en tout genre. La ville compte seulement 2 églises mais 65 saloons (souvent avec salle de jeux), des maisons closes et des fumeries d'opium. Bodie devient l'une des villes les plus dangereuses de l'Ouest. Dès la fin de leur journée, les mineurs se rendent dans les bars. Le mélange d'argent, d'or et d'alcool est souvent la cause de bagarres et de règlements de compte. Les attaques de diligence et les braquages de banques sont également fréquents. Les accidents dans les mines sont réguliers car il faut descendre jusqu'à 200 mètres de profondeur pour récolter l'or.
Les années 1880 connaissent une certaine accalmie. Les gisements commencent à s'épuiser et de nombreux mineurs quittent la ville. En 1885, la population tombe à 3000 habitants, et 1500 l'année suivante.
Dans les années 1890, malgré les récents progrès technologiques, l'extraction de l'or devient de moins en moins rentable car il faut descendre de plus en plus profondément. Les compagnies minières quittent les lieux les unes après les autres.
En 1892, un terrible incendie ravage une bonne partie de la ville.
En 1900, la ville ne compte plus que 965 habitants.
En 1917, le chemin de fer est abandonné et il ne reste plus à Bodie qu'une centaine de personnes. Malgré cela, l'activité se maintient jusquíen 1932, où un terrible incendie (provoqué par un petit garçon de 2 ans et demi qui joue avec des allumettes) détruit 95% de la ville et scelle définitivement le sort de Bodie. En 1942, la ville est définitivement abandonnée par arrêté gouvernemental. Le site est transformé en parc historique d'état afin de préserver les dernières habitations encore debout.

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES

Dernière révision : novembre 2012